On peut dire que c’est le plus souvent dans un élan d’enthousiasme que l’on veut arriver rapidement à destination. Déjà quelques jours d’accomplis et les visites d’endroits inattendus s’accumulent. C’est bien sûr en utilisant les prouesses de nos technologies que ces coquilles navigationnelles ont vu le jour.

Dans un premier temps, c’est la  raffinerie de l’entreprise Total que nous avons visitée avec ses barbelés et ses magnifiques flammes, preuve que toujours plus de pétrole s’y produit. Il n’a malheureusement suffit que de prendre la mauvaise sortie de rond point pour se retrouver quelques kilomètres plus loin pour y lire cette drôle de phrase: ” la raffinerie construit son avenir”. En bord de mer, nous avons par ailleurs pu apprendre que pendant la deuxième guerre, la ville de Donges fut la cible d’attaques des forces Alliées étant donné que les raffineries étaient un excellent ravitaillement, ce qui détruisit des dizaines de maisons au passage.

La journée d’après fut celle ayant cumulée le plus de détours, soit deux.  C’est l’hôpital de Lorient, cette ville bretonne qui fut le premier arrêt. Nous avons pu voir le centre pédiatrique de l’impressionnant complexe hospitalier. La vue des chambres doit par ailleurs y être merveilleuse vu qu’elles bordent la mer. En fin de journée, un peu trop motivés à arriver pour enfin contempler la magnifique vue de l’Atlantique qui nous attendait, nous avons tenté d’emprunter un chemin de terre clairement réservé à son propriétaire dû aux larges marques de tracteurs qui rendaient difficile la circulations avec nos petits vélos. On comprend rapidement que la définition de pistes cyclables varie d’un endroit à l’autre.

Ces erreurs ont en commun la leçon suivante: bien qu’utile, Google Maps est à double tranchant lorsque le réseau vient à manquer. C’est pourquoi une petite carte avec le chemin prévu, bien surligné la veille peut toujours servir.

 

Zach