Chers lecteurs-lectrices,

Tout d’abord, merci de nous suivre dans nos péripéties. Des péripéties, il y en a eu, et ce alors que nous n’avions même pas quitté Montréal. Un de nos cyclo-aventurier s’est inexplicablement vu refuser l’accès à bord de l’avion. Une technicalité de Visa et de passeport serait à l’origine de la situation, situation qu’absolument personne n’a vu venir.

Heureusement, grâce à un tour de force de l’équipe de la mobilité étudiante du Cégep, il est en route vers nous. Je suis d’ailleurs à l’aéroport de Bordeaux avec Etienne G. pour assembler son vélo en l’attendant. Alors que la situation semblait sans issues, il n’aura finalement manqué aucun kilomètre de pédalage, puisque nous retrouverons le restant du groupe à Cap Ferret dans la soirée. L’endroit risque d’être fort sympathique puisqu’il s’agit d’une pointe entre la baie d’Archachon et l’océan Atlantique.

Comme si notre départ de Montréal n’avait pas été assez éprouvant, l’arrivée fût une sorte de continuum. 2 heures après notre atterrissage, personne n’était en mesure de nous confirmer si nos vélos avaient bel et bien été acheminés vers l’Europe. Ce n’est que plus de 3 heures après notre arrivée que nous avons pu commencer l’assemblage des vélos. Avec de belles gueules de décalage horaire en prime.

D’après les informations obtenues du restant du groupe sur la route, il semblerait que ce soit Ana qui a remporté le titre de “Première personne à crever un pneu” du voyage. Les “réguliers” du blogue Cyclo-Aventure savent à quel prestige se rattache le titre!

Mention spéciale à Camille, qui probablement pour voir son nom dans le premier article, a décidé de briser un rayon dès la première journée pour parvenir à ses fins. C’est réussi!

Nous vous récrirons dans les prochains jours alors que l’un des points d’intérêt majeur sera dans le collimateur demain: là dune du Pyla.

Cyclistement vôtre,

Jérôme, pour toute la gang de Cyclo-Aventure

PS: les conditions de rédaction sont parfois laborieuses et je ne gagne pas toujours mes combats contre l’autocorrection de la tablette que j’utilise. Soyez indulgents si quelques coquilles se sont glissées à l’intérieur des textes 🙂

imageimageimageimageimageimage