Des nouvelles fraîches (mais surtout humide) d’Édimbourg!

Nous avons roulé deux jours pour atteindre Édimbourg depuis Glasgow. 63 et 45 km.

Nos premières impressions? La très grande quantité de vêtement et de matériel de plein air garanteed waterproof disponible en magasin n’était certainement pas un heureux présage sur la météo locale.

Les certitudes: il va faire très beau au moins une fois par jour. Et il va y avoir un déluge (pas de la p’tite pluie là..) au moins une fois par jour. Si vous menez une bonne vie, vous allez probablement recevoir de la grêle aussi. Il va sans dire, on mène une très bonne vie.

Les écarts météos sont assez impressionnants: à l’ombre, on est en “long”, on sort les tuques et les imperméables. 2 mètres plus loin, on ressent 6-7 degrés supplémentaires et on craint le coup de soleil imminent.

On aura beau penser que peut-être nous avons une certaine résitance au froid, mais pour ce qui est des Écossais, ils sont dans une classe à part.

Résumé de la scène. Après une averse intense, nous sommes “all in” en terme de linge: tout ce que nous avons de vêtements chauts, nous l’avons sur le dos, et certains (ok, mettons surtout moi..) grelottent quand même. Alors que la pluie tombe encore, M. “Écossais de souche”, lui est en short, manche courte et travaille sa pelouse avec son taille-bordure. 1-0 pour lui.

Côté vélo, la navigation est plutôt facile: le réseau cyclable écossais est très vaste. Nous avons presqu’exclusivement longé le Canal Forth and Clyde, puis le Canal Union pour arriver à Édimbourg. Le parcours donne droit à des tronçons de route spectaculaires incluant des tunnels et des portions de canal surélevés. Comme vous pouvez le  voir sur les photos, il faut mettre pied à terre régulièrement tellement c’est étroit. On peut facilement imaginer un Écossais avec un petit coup de scotch dans l’aile se sacrer à l’eau acccidentellement.

DCIM115GOPRODCIM115GOPROIMG_1542IMG_1546

 

Les deux canaux se rencontre grâce à un impressionnant système d’ascenseur à bateaux, le Falkirk Wheel. Vous pouvez aller voir ça sur Wikipedia, c’est assez impressionnant. L’énergie de 8 bouilloires est nécessaire pour soulever les bateaux sur une hauteur de 25m pour rejoindre le canal supérieur.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

(La photo n’est pas de nous, je l’ai prise sur internet: on était caché à l’intérieur du bâtiment vitré à gauche pour se protéger de l’orage).

Au delà des complaintes météo, il est certain que les périodes de pluie quotidiennes nous font certainement savourer chaque parcelle de soleil qui traversent les nuages. Et on va se le dire: Dear lord que c’est beau ici!

Comme le dit si bien André: en Écosse, il fait super beau, plusieurs fois par jour!

Et comme le disent les locaux: Cheers, buddy!

IMG_1544